Gabriele Mandel, Italian psychologist, writer, and artist, “La peinture française”

Etude
Etude

….Parmi  les premiers apparentés à un Braque décorateur et lettriste mais très sensibles dans la composition des couleurs, D’espic, Pierre et BARON-RENOUARD font partie des plus intéressantes. Il semble qu’une syntaxe pré-établie coordonne les œuvres de ces peintres qui, par leur art, ne perdent cependant pas l’équilibre et l’autonomie spécifique. Toutefois, les inventions aux prises avec des expériences souvent complexes sont aisément contrôlables et tout en étant soumises aux sollicitations de nos sens se montrent conformes aux règles universelles du goût et de la beauté.

BARON-RENOUARD est le plus attaché à la réalité quotidienne du sujet et de la décomposition des plans qui reflètent le tempérament de Cézanne nuancé par la couleur et essentiel dans le mouvement de la matière. La solidité légère de ses tracés alliée à la richesse des couleurs qui rappelle les fauves, demeure équilibrée partagée en une partie stable sur laquelle s’appuie l’objet et une partie mobile compatible avec la vérité, toujours contrôlée, mais qui, par la distribution adroite, apporte à l’ensemble un relief définitif.

Gabriele Mandel
Gabriele Mandel

Il apparaît que le talent soit soumis à des lois et parfois le rapport des tons est plus cérébral qu’improvisé, mais, dans l’impétuosité de l’école, on ne peut situer avec certitude les nouvelles oeuvres destinées à supporter le choc du classicisme et de l’abstrait, étant donné que l’on se trouve à mi-chemin des deux idéologies. Nous admirons BARON-RENOUARD pour le jeu habile des lois ; il n’est pas froid mais spontané. Juste est la dissociation de la couleur par la forme en respectant l’unité de style et d’esprit dans l’ensemble de la géométrie toujours expressive. Le peintre a donné en effet à son pinceau une technique postimpressionniste, paysagiste ou descriptive, rappelant Kisling dans ses portraits et il se souvient de ces expériences comme de tracés scolastiques. Il est certain que son influence sur se contemporains, non seulement par la valeur de ses oeuvres, mais aussi par sa qualité de professeur, a été égale à la réputation de Braque ou de Villon. Si les deux maîtres ont atteint immédiatement la compréhension générale des règles, leur individualisme les a amenés à conserver les règles qu’ils avaient eux-mêmes établies. BARON-RENOUARD n’a pas besoin de se soumettre à un plan établi à l’avance, il utilise le travail constant dans la sphère des deux Maîtres pour en dépasser le plan.

Sur l’exemple de Villon, qui parfois déborde dans l’abstrait et qui, le premier parmi les cubistes a su tirer parti des règles pour la représentation universelle des sujets, celui de BARON-RENOUARD perd la valeur étudiée, donnant la signification générale par une surface colorée. La couleur et la forme sont ici vraiment distinctes et la complexité des plans est limitée dans une simplification décorative.

Gabriele Mandel plus d’info
La pittura francese
1955

Edition : Milano, Italie, La Mandragora
Source : Centre Pompidou

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer