Jean Rollin, critique d’art, « Un promeneur doté d’un œil de lynx »

octobre 03, 2013  |  Posted by François Baron-Renouard  |  Commentaires fermés sur Jean Rollin, critique d’art, « Un promeneur doté d’un œil de lynx »

Tant dans la tapisserie que sur la toile, cet artiste se préoccupe avant tout d’une vision sublimée des choses.

_NOUVEAUX_RIVAGES_190X420_ - copie

Nouveaux Rivages, 190×420

PAS plus que son grand-père, le talentueux peintre et graveur Paul Renouard, illustrateur de la vie moderne largement représenté au cabinet des dessins du Louvre, Baron-Renouard ne travaille enfermé dans une tour d’ivoire. Cet ancien élève de l’Ecole nationale supérieure des arts décoratifs, qui participa en qualité d’officier aviateur aux campagnes d’Afrique du Nord, d’Alsace et d’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, a toujours témoigné d’une activité saisissante, tant du point de vue de sa création que de ses responsabilités au service des artistes. En même temps qu’il réalise des décorations murales pour des bâtiments publics, ses envois figurent dans de nombreuses expositions particulières ou collectives en France et à l’étranger. Président du Comité français de l’Association internationale des arts plastiques pour l’UNESCO et de la section peinture du Salon d’automne, Baron-Renouard est secrétaire général de la Maison des artistes.

Son exposition actuelle, à la galerie Inard, est principalement consacrée à la tapisserie, qu’il ne traite pas à la légère. Il ne numérote pas ses cartons, en raison des difficultés qu’il y aurait à codifier les nuances de certains passages, transition entre deux tons ou dégradés dans un même ton, que l’artiste et son lissier peuvent déterminer ensemble. Le carton est peint dans les coloris que doit rendre le lissier en jouant de la variété des fils de soie, de coton, de chanvre ou de laine. Les tons clairs du coton et du chanvre par exemple, ne sont pas les mêmes. Le recours à des points de grosseur différente permet de moduler les surfaces. Le cuivre, comme dans «Fils d’Ariane», remplace l’or et l’argent mêlés à la laine et la soie des tapisseries bruxelloises du XVIe siècle.

Le caractère monumental de la douzaine de grandes pièces, de trois à neuf mètres chacune réunies ici, procède de l’immensité du champ d’inspiration qu’elles embrassent. Voyageur passionné de l’Extrême-Orient, qu’il a souvent parcouru et dessiné en avion, le peintre exalte, dans son interprétation éclatante de «Kyushu», le tourment des paysages aux roches volcaniques de l’île du sud du Japon. Vers Hong Kong, l’esprit qui imprègne sa vision aérienne des choses rejoint en compositions poétiques et vivantes la manière de traduire de vastes sites chez les auteurs de rouleaux chinois. Dans «Jonque», «Matin bleu», «Nouveaux Rivages», entre terre et ciel l’interprétation non représentative mais sublimée de l’eau et des sommets magnifie les transpositions plastiques de Baron-Renouard. Il me confie, devant «Métamorphose»: «C’est un mélange de nature et de ce qu’on a en soi. L’abstraction n’existe pas.»

T_CHANSONS_DE_L_ILE_190X230 - copie

Chansons de l’Île, 190×230

Vantant la faculté de «perception lyrique» de notre peintre, Waldemar George, l’un de ses premiers critiques, désignait en lui «ce promeneur doté d’un oeil de lynx». Il l’est resté dans les tapisseries de lumière dédiées à sa Bretagne natale: «Soleil d’Armor», «Chanson de l’île» (de Sein, de Batz…), avec les rochers, le sable, les vagues et, note l’artiste, «le graphisme qui amène la composition».

Celle-ci se développe en harmonies à base de bleu violet ou violet bleu, rouge orangé, gris brun et, très rarement, jaune ou vert. On retrouve ces couleurs, quintessenciées, avec effets de matière, dans dix-sept petites toiles et des aquarelles de caractère également monumental, sur les thèmes de l’espace, de la mer et du vent, qui veulent souligner la parenté de la peinture et de la musique. Baron-Renouard souhaite que son oeuvre soit «un lien entre le peintre-émetteur et le spectateur-récepteur qui regarde».

JEAN ROLLIN.
 le 27 Mai 1993 (Article de l’humanité)

Galerie Inard, 179, bld Saint-Germain, 75007 Paris. Tél.: 45.44.66.88. Exposition ouverte jusqu’au 6 juin 1993. Entrée libre.

Enregistrer

Comments are closed.

About François Baron-Renouard

François Baron-Renouard
Ce site est dédié à François Baron-Renouard, haute figure de l'abstraction française, chef de file du Naturalisme imaginaire abstrait, tendance picturale de la nouvelle École de Paris. Bonne visite!